Nan nan, pas d'erreur dans le titre ! C'est juste que pour moi, ce qui est fait avec de bon ingrédients et sans surplus de matières grasses, sel et cie, ben c'est diététique ! Si on en enlève plus, c'est régime, et ça c'est nul. Ici, le but était de tout faire moi-même (enfin presque, j'ai pas élevé et dépecé un boeuf...), c'est plus sain.

Aujourd’hui donc, recette salée ! Mon Dieu, serais-je en train de passer du côté obscur de la force ?

Certes, cela ressemble à un steak-frites, tout simplement parce que c’en est un ! Mais un bon, hein ! On n’est pas chez l’ami Ronald ici !

Et puis on admirera comment j'ai participé à l'opération "5 fruits et légumes frais par jour" : tomates, prune, pomme de terre (oh, ça va, ça peut bien compter comme légume aujourd'hui !) et même salade si on est tout fou ! Rhaaa, je vous accorde les pommes de terre, prce que je suis d'humeur généreuse, mais la salade c'est un légume là, vous avez vu comme on a toujours faim après ??

Bon.

Alors comment préparer un steak-frites diététique ? (c'est définitif, j'adore ce mot !)

Déjà, j’ai fait le ketchup moi-même. La saison des tomates est un peu terminée donc ce n’était pas le moment idéal, mais la recette utilisée est à conserver pour le prochain été (on utilisera le congélo…)

Pour les potatoes (ouais, OK, c’était pas des vraies frites), j’ai utilisé une recette que j’avais depuis des lustres et qui a toujours fait ses preuves.

Et je me suis inspirée de cet essai pour le steak . Parfaitement, un steak aux prunes ! C’est même pas mauvais. Et il faut avouer qu’avec la touche sucrée du ketchup, c’était top !

Le steak-frites diététique (une exclusivité "La Quenelle" !) (avec la voix genre c'est de la pub SVP)

DSC03765

Les ingrédients sont ici pour une personne, à vos tables de multiplications !

  • Pour le ketchup pas de chez Heinz :

- 500g de tomates
- 1 oignon
- 1 gousse d’ail
- 5 cl de vinaigre
- 25 g de sucre
- 1/2 cuillère à café de sel
- 2 grosses pincées de poivre (voire plus si vous aimez)
- 2 clous de girofle
- une grosse pincée de piment (comme je crains, je me suis contentée de mes traditionnelles épices tandoori !)

Lavez et coupez les tomates en morceaux. Mettez les à cuire pendant 1/2h, à feu assez vif avec l’oignon et l’ail hachés. Surveillez pour éviter que ça grille ! Passez au moulin à légumes ou au chinois, pour obtenir un coulis. Versez dans une casserole, ajoutez le vinaigre et les épices et faites cuire jusqu’à ce que la préparation aie réduit de moitié (environ 45min). On obtient une consistance sirupeuse. Et l’impression de ne pas avoir beaucoup de ketchup pour toutes ces tomates !! Ajoutez le sucre et remettez sur le feu pendant 15 minutes. Versez dans un récipient adapté et laissez reposer  3 jours au réfrigérateur avant de consommer. Ce ketchup se conserve 2 mois fermé au réfrigérateur et en plus il se congèle !

  • Pour les potatoes pas de chez McCain :

- Deux pommes de terre (de préférence adaptée au four)

- Une petite cuillère à soupe d’huile d’olive

- Sel selon les goûts et la tension artérielle

- Une ou deux pincées de poivre

-  Une ou deux pincées d’herbes de provence (thym et romarin en priorité)

- ½ cuillère à café de curry ou de paprika

La recette est trèèèèèèès complexe…

Première étape : coupez les pommes de terre en frites, en gardant la peau (donc on les lave bien avant !)

Deuxième étape : dans un récipient qui se ferme, mettez tous les ingrédients. Fermez. Secouez bien fort.

Dernière étape : déposez vos potatoes sur une plaque un peu huilée. Enfournez à 200°C pendant une bonne demie-heure.

Oui, je sais, c’était dur.

  • Pour le steak fruité que même Charal il le fait pas :

- 100 à 150g de viande hachée

- Une quetsche ou deux

- Sel, poivre et vinaigre pour la cuisson (oh, et la noisette de beurre aussi, si on veut)

Là encore, complexité extrême.

Déjà, on lave les prunes et on épluche si on aime pas la peau. On mixe et on mélange à la viande hachée.

Là vient l’opération la plus difficile : former un steak… En gros, on fait un rond, on presse bien et on peut même faire des rainures à la fourchette. Je conseille de faire un steak épais, bien pressé, ça évite qu’il ne parte en morceaux à la cuisson.

La cuisson justement. Dur. On met un peu de matière grasse dans la poêle si la viande est maigre (ha ha…), on sale et on poivre et on fait cuire sur les deux faces à sa convenance. On termine la cuisson par un soupçon de vinaigre. Oui, on fait ça chez moi et je ne supporte pas mon steak sans vinaigre. Je sais pas, ça donne un p’tit goût dont je ne peux pas me passer. Donc voilà, on m’écoute et on essaie si on connait pas.

Le reste est facile (surtout si vous avez correctement chronométré vos opérations) : on met dans une assiette et..on mange ! Je ne saurais que conseiller la petite salade et la tomate avec ce plat tout de même déjà complet (sans rire, là encore j’ai failli pas prendre de goûter !)

DSC03767

Nous remarquerons naturellement que mon assiette brille par l’absence de salade et qu’elle est fort moche. Je sais. Mais c’était ça ou je mangeais froid. Alors vous avez droit à des photos très laides en plus. De toute façon, je doute que ça intéresse quelqu’un mes photos… (non, sans rire, vous avez pas entendu mes appels désespérés aux compliments hypocrites dans les billets précédents ??)