J’avais prévu de commencer ce billet par une blague de très mauvais goût. Je voulais dire que le week-end dernier avait été MORTEL

Oui, je sais, c’est très moyen comme jeu de mots, étant donné que la tournée des cimetières n’est pas le meilleur moment de l’année.

Mea culpa.

En plus, moi je n’ai pas respecté les traditions. Je suis restée sur Lyon.

Mais j’ai des excuses, hein !

Pensez donc, le Salon  du Chocolat ET le Salon des Vignerons Indépendants, le même week-end ! Et j’allais rater ça ?

Donc oui, le week-end fut mortel. Pour mon foie.

J’aimerais vous raconter tout cela, mais soyons honnête, c’est moins marrant que quand c’est vécu.

Déjà, pour le salon du vin, n’espérez pas de photos ou de compte-rendu détaillé. C’est vrai, au bout du 4ème crémant d’Alsace (qui suivait les 3 champagnes et les 3 Vouvray), j’étais un peu pétée. C’est normal. Et encore, croyez bien que j’ai été raisonnable : je n’ai goûté que les vins que j’avais prévu d’acheter pour mes futurs repas. Les mauvaises langues diront que vue la note à la sortie et les bouteilles qu’on trimballait, je devais avoir 3 grammes dans chaque bras, mais ne les écoutez pas.

Enfin tout ça pour dire que j’étais un peu occupée et que je n’ai pas pensé à sortir mon appareil photo. Il y avait trop de monde de toute façon, ça n’aurait rien donné.

Oui, c’était bon. Oui, j’y retourne l’année prochaine. Enfin du moins si la loi visant à interdire la tenue de ce type d’événement (= dégustation gratuite) ne passe pas. Je ne reviendrai d’ailleurs pas sur ce projet de loi, mais je dirai juste que ça ne contribuera pas à faire baisser l’alcoolisme, juste à tuer les vignerons et la culture qui existe autour du vin (et qui empêche parfois de tomber dans l’excès).

Le Salon du Chocolat ensuite…

DSC03926

Bon, déjà l’entrée est payante (et pas qu’un peu). Ensuite, il apparaît que pour que les artisans chocolatiers vous fassent goûter « spontanément », il vaut mieux que vous ayez l’air d’avoir un pouvoir d’achat conséquent. C'est-à-dire que 3 étudiantes sont moins convaincantes que des personnes de 50 ans. Ou alors il faut être un enfant. Ils ont toujours droit à tout les enfants…

Mais nous sommes têtues et nous avons fait le forcing. Et parfois même acheté. Je suis littéralement accro au chocolat, alors quelques chocolatiers grognons n'allaient pas me décourager. (j'exagère, certains étaient adorables)

Le chocolat, c’est comme le vin, y’a du bon comme du mauvais. Je recommande donc hautement la pâte à tartiner feuilletée du (Chardon Bleu), qui est tout simplement une tuerie. J’ai aussi beaucoup aimé le chocolat à la fève Tonka mais les filles l’ont trouvé trop fort. Par contre, nous avons été unanimes pour le chocolat trempé dans du curry (pourtant du meilleur ouvrier de France) : immonde.

Les photos ? Cette fois-ci, j’avais mon appareil à la main. Mais PERSONNE ne prenait de photos parmi les nombreuses personnes présentes, j’ai fini par prendre les miennes en cachette ! Du coup, elles sont ratées pour la plupart et je n’ai aucune image de chocolat dégoulinant…

DSC03923

(ou presque... Ceci est donc une sucette en chocolat. Vous la trempez dans un lait chaud et...oooooooh, surprise, on obtient un chocolat chaud !)

(punaise, c'est une super idée de recette en fait !)

Pour me faire pardonner, voici une petite recette à base de chocolat. Ce « Cake carrément chocolat » est tiré de « Confidences sucrées » (oui, encore !!) et c’est une recette spéciale de Pierre Hermé.

Pourquoi spéciale ? Parce que les morceaux de chocolat sont…salés ! Et tout le monde vous confirmera que c’est délicieux et que cela relève le goût du cake (déjà à tomber de toute façon).

Cake carrément chocolat

DSC03942

Pour obtenir le chocolat salé, deux solutions : les riches fainéants se contenteront d’acheter une ou deux tablettes de Lindt Fleur de Sel. Les autres feront fondre 160g de chocolat noir à 70% et ajouteront 1g de fleur de sel, avant de l’étaler sur une plaque pour le laisser durcir (quelques heures). Si vous employez cette technique (ce que je vous conseille, j’ai essayé les deux solutions et le sel était plus présent en faisant moi-même le chocolat), veillez à ne pas trop dissoudre les cristaux de sel en remuant trop, c’est meilleur !

Pour la pâte du cake :

·         190g de beurre mou

·         190g de sucre

·         4 œufs

·         160g de farine

·         40g de cacao en poudre (même avec du Poulain ça marche)

·         ½ sachet de levure

Pour le sirop :

·         40g de sucre

·         120 ml d’eau

Dans une terrine, mélangez le beurre, le sucre et les œufs. Si vous disposez d’un KitchenAid, utilisez la lame plastique pour battre pendant une dizaine de minutes. Sinon, faîtes comme moi : au fouet électrique pendant quelques minutes.

Tamisez ensemble la farine, le cacao et la levure.

Incorporez-y la pâte liquide et mélangez en soulevant avec une corne.

Préchauffez le four à 180°C.

Réduisez le chocolat salé en morceaux et incorporez-les à votre pâte à gâteau, toujours en soulevant avec la corne (ou une cuillère en bois, oui, ça va)

Beurrez et farinez un moule à cake.

Versez la pâte dans le moule et enfournez pendant 50 minutes environ (jusqu’à ce que la lame du couteau ressorte propre).

Démoulez sur une grille.

Portez à ébullition le sucre et l’eau, jusqu’à obtenir un sirop.

Badigeonnez-en le dessus et les côtés du cake.

Laissez tiédir le sirop et répétez l’opération. C’est cela qui donnera au cake son moelleux.

Ce gâteau se conserve de préférence dans un film plastique, au réfrigérateur.

Et il est purement délicieux !

DSC03944

Le point Truffade du jour : oui, Anne est toujours overbookée. Elle espérait récupérer Internet sous peu, je garde donc la foi. C'est vrai que ça commence à manquer de sel par ici, voyez donc, je me mets à en rajouter dans les gâteaux !