J’avais dans l’idée de passer directement à la recette du jour, mais j’ai pour une fois décidé de m’étendre sur ma vie palpitante de citadine française. Je suppose que tout le monde l’a remarqué, mais le printemps semble enfin être arrivé, youpi youpi (note du 15/05 : ce billet a en réalité été rédigé le 03/05. Le printemps est depuis décédé de la grippe A).

Sauf que le printemps en ville, ça se paye, et pas qu’en allergies. Je sais, c’est bien que les oiseaux chantent et que les arbres aient enfin des feuilles, mais on n’est pas dans un Disney pour autant. Sans rire, ça a ses défauts aussi la « belle » saison. Déjà, les mouches envahissent à nouveau mon appartement, oui, même en ville. Cela dit, la possession d’un chat monté sur ressorts est ici d’une grande utilité.

Mais surtout, quand il fait beau, on a envie d’aller se promener. Et où le Lyonnais va-t-il chercher son coin de verdure ? Bingo, le parc de la Tête d’Or, c'est-à-dire l’autre bout de la ville pour tous ceux qui n’habitent pas le 6ème. Et donc, entre la maison et le parc, il y a ce que l’on appelle un trajet en bus TCL – dont nous tairons le prix de l’abonnement mensuel pour ne pas donner de crise cardiaque à mamie.

Sans rire, aller et retour, c’est à vous dégoûter de la verdure ce truc ! Surtout quand, en plus, vous n’étiez pas au parc – oui, certains citadins ont la chance d’avoir un jardin – mais juste à côté, où se trouve le seul cinéma qui passe des films américains sous stéroïdes, mais en VO. On n’est pas des rustres, on respecte la langue de Shakespeare entre les explosions !

Donc cette recette est en fait une offrande au Dieu Keolis, saint patron des TCL – Transports en Commun Lyonnais pour les non-intimes. Je t’offre ce cheesecake pour que tu répares la climatisation dans le bus n°4 et que tu doubles la taille dudit bus. Et si jamais tu pouvais en interdire l’accès à tous les Bidochons de Lyon, merci. Non, sans rire, à un moment je me suis demandée si je n’étais pas entrée par erreur dans un des bus qui transféraient 400 prisonniers entre deux établissements pénitenciers ce jour-là.

Bref, on s’égare mes amis, on s’égare.

Donc ce cheesecake, dégusté dans un jardin citadin – je sais, la chance, mais faut tondre aussi – est tout à fait adapté à la saison et déconseillé aux garçons, sauf les coiffeurs qui braillent dans ma TV le mardi soir (note du 15/05 : mais virez-le bon sang, là c’est les bons qui commencent  partir !). Avec son décor de roses en sucre, je le qualifierais même de gnan gnan. Mais comme il précédait un rendez-vous avec Hugh Jackman et sa testostérone, il fallait bien un peu de douceur.

Mais quoi donc y a-t-il dedans ? Donc sous un glaçage à la myrtille, nous trouvons une couche épaisse et onctueuse de vanille, qui repose sur une base parfumée à l’eau de rose. A l’origine, je n’avais pas vraiment prévu cette base à la rose, mais en me retrouvant avec 25g de beurre au lieu des 60g que j’utilise d’habitude, il a bien fallu pallier et cette bouteille d’eau de rose achetée le jour-même – alors que le beurre était misérablement oublié, on admire le sens des priorités quand je fais les courses – me tendait les bras. Je craignais un peu d’obtenir un goût de savonnette mais avec la vanille et la pointe de myrtille, ça passait fort bien. Je diminue néanmoins les quantités ici, parce que vous avez probablement du beurre dans le frigo et que ce serait dommage de trop couvrir la vanille par le parfum de la rose.

Mon Dieu Keolis, on dirait un poème…

Cheesecake fleuri

DSC05068

Petite note avant de commencer : un cheesecake a besoin de reposer 24h à 48h au réfrigérateur, on prévoit donc ! Il se conserve par contre plusieurs jours au frais.

Pour un moule à charnières de 23cm de diamètre

Pour le cake :

-          250g de biscuits secs au goût neutre (type Petit Brun®, Thé®, …)

-          50g de beurre

-          3 bonnes cuillères à soupe d’eau de rose

Pour le cheese :

-          Une gousse de vanille

-          5 à 10 cl de lait

-          1 kg de fromage à tartiner (ici le Nature frais de LeaderPrice, mais sinon remplacer par un mélange ricotta petit-suisse. Naturellement, si vous avez du Philadelphia…)

-          100g de sucre

-          4 œufs

Pour faire joli :

-          Deux poignées de myrtilles surgelées

-          20cl d’eau

-          3 cuillères à soupe bombées de sucre

-          2 feuilles de gélatine

-          Des roses en sucre pour décorer

Coincez une feuille de papier sulfurisée dans votre moule à charnière.

Dans un saladier, réduisez en miettes les biscuits et ajoutez le beurre et l’eau de rose. Pétrissez quelques instants puis étalez au fond du moule en tassant bien à l’aide d’un verre. Idéalement, vous obtenez une couche biscuitée d’environ un centimètre d’épaisseur. Réservez au frigo.

Dans une petite casserole, faites bouillir quelques instants le lait et la gousse de vanille incisée et dont les graines ont été retirées à l’aide de la pointe d’un couteau et mises directement dans le lait. Laissez infuser hors du feu.

Pendant ce temps, fouettez le fromage à tartiner pour l’assouplir, donc sans excès. Ajoutez le sucre puis le lait vanillé (en ayant retiré la gousse de vanille…). Fouettez un peu puis incorporez les œufs un à un. Mélangez jusqu’à homogénéité mais pas longtemps, afin d’éviter au maximum de liquéfier la préparation.

Versez dans le moule à charnière sur la base biscuitée.

Faites cuire 10 minutes à 180°C puis baissez le thermostat à 150°C et laissez dans le four pendant 50 minutes. La cuisson du cheesecake doit être douce et il faut éviter les écarts de température, il est donc préférable de le laisser refroidir à son rythme dans le four.

Et puis on laisse 24h voire 48h dans le frigo, pour qu’il se bonifie.

Environ 12h avant de servir, faites bouillir les myrtilles et le sucre dans l’eau pendant une quinzaine de minutes. Pendant ce temps, trempez les feuilles de gélatine dans de l’eau froide pendant 10 minutes puis égouttez-les.

Réduisez le mélange à la myrtille encore chaud en un coulis, à l’aide d’un mixer, et faites dissoudre les feuilles de gélatine en remuant.

Versez ce mélange sur le cheesecake et laissez reposer au frigo jusqu’au moment de servir. Ne décorez avec les roses en sucre que juste avant d’apporter votre œuvre sur la table.

Naturellement, un glaçage à tout autre parfum est possible, notamment framboise, chocolat ou violette. Je conseille aussi de mettre quelques myrtilles dans la préparation au fromage, le résultat peut être assez coloré.